Sports | Football – Ligue 2 : « Nîmes n’a pas pour ambition de végéter » (Pascal Plancque)

Le 21 juin, Pascal Plancque sera bien présent à La Bastide pour la reprise de l’entraînement du Nîmes Olympique relégué en Ligue 2. Cet après-midi, le technicien, arrivé comme adjoint de Jérôme Arpinon en janvier avant de devenir nº1 un mois plus tard, a prolongé son contrat jusqu’en juin 2023. Pour La Provence, il a accepté d’expliquer sa décision et d’évoquer son état d’esprit.

Qu’est-ce qui vous a décidé à prolonger votre expérience à Nîmes ?
Pascal Plancque : D’abord, la confiance qu’on me témoigne. Pour moi, c’est important. Même si la fin n’a pas été heureuse, les mois passés au Nîmes Olympique m’ont également convaincu. Ce club a des valeurs. Il dégage quelque chose de fort; il a une vraie identité. Même s’il a encore besoin de se structurer pour continuer à avancer, il y a beaucoup de compétences et de bonnes volontés. Je m’y sens bien. C’est un bon endroit pour travailler. Il y a un gros challenge sportif à relever. Tout ça m’a donc donné envie de continuer.

En fin de saison, vous vous étiez donné un temps de réflexion pour bien évaluer la situation et les conditions avec l’équipe dirigeante. Aujourd’hui, vous avez donc de solides garanties pour mener à bien un projet cohérent…
C’est ce que nous avions convenu, depuis le début. Au départ, je n’étais pas du tout demandeur du poste de nº1; je n’étais pas venu pour ça. Quand les dirigeants m’ont demandé d’assurer la fin de saison, nous avons tout de suite convenu que nous ferions un point en fin de saison. Nous l’avons donc fait, comme prévu.
Nous avons ainsi établi un bilan et dressé des perspectives pour la saison à venir que j’ai trouvé plutôt optimistes. C’est ce qui m’a encouragé à me réengager.

Malgré les soubresauts qui ont secoué le club, ces dernières semaines, avec le conflit opposant le président-actionnaire Rani Assaf et l’Association Nîmes Olympique au sujet du centre de formation notamment. Ce contexte n’est-il pas trop perturbant ?
Joueurs, entraîneurs, administratifs, supporters : tout le monde a été évidemment perturbé. Mais ça fait partie de la vie d’un club. Personnellement, j’ai confiance dans le projet qui m’a été présenté. Moi, ce qui me plaît avec le président, c’est que quand il me dit quelque chose, il le tient; il ne me vend pas du vent ni du rêve. Il est très réaliste. Et ça me convient parfaitement, parce que je suis comme ça aussi. Il y a une tâche qui s’annonce compliquée; tout le monde le sait. Le président en est conscient.

Vous parliez de perspectives. Quelles sont-elles ?
Le club est bien géré. Les dirigeants ont conscience qu’il a besoin d’être encore structuré et développé. Je sens qu’il y a vraiment de la bonne volonté et de la motivation. L’équipe dirigeante a le souhait de revenir en Ligue 1 rapidement. Le club n’a pas pour ambition de végéter. Au contraire, il veut s’améliorer et continuer à performer, c’est évident. On va se donner à 100 % pour obtenir les meilleurs résultats possible.

Certes, les clubs qui descendent mettent toujours du temps à remonter, parce qu’une relégation n’est jamais facile à gérer, et ce, sur tous les plans : financier, sportif, mental,… La Ligue 2 est un championnat difficile. Ce sera très relevé, cette saison. En tout cas, l’idée, c’est de pouvoir retrouver la Ligue 1.

Vous travaillez évidemment sur les contours de l’effectif depuis un certain temps. Qu’en est-il, à ce jour ?
Reda (Hammache, le directeur sportif, ndlr) travaille d’arrache-pied. Une chose est sûre, j’avais déjà eu l’occasion de dire que nous avions un groupe qui était très étoffé, même trop étoffé, la saison passée. Aujourd’hui, la priorité, c’est de s’appuyer sur un groupe un peu moins étoffé. Dans un deuxième temps, nous songerons naturellement à nous renforcer par rapport aux joueurs qui vont nous quitter. L’idée, c’est quand même d’avoir des joueurs cadres sur lesquels se reposer, car nous aurons besoin d’expérience.

Articles connexes

Danse : les « Mythologies » selon Preljocaj et Bangalter à Aix-en-Provence

Sisyphe, et son éternelle corvée du roc à pousser au sommet d'une colline. Orphée descendu aux enfers pour en arracher celle qu'il aimait. Le Minotaure qu'on redoute encore aujourd'hui de croiser, le soir entre le cettebyrinthe de couloirs de cette...

Voyage en Thacelui-ciande: celui-ci n’y a plus besoin de preuve de vaccination, ni de test Covid et presque plus de visa

Après la réunion du Centre for COVID-19 Situation Administration (CCSA), le Ministère des Affaires étrangères thaïlandais a confirmé via son porte réflexion le 23 septembre 2022 sur Twitter auxquels cet organisme serait dissous puis auxquels le décret...

Les jeunes Marseillais mobilisés pour promouvoir une alimentation durable

« Nous sommeils ce lesquels nous mangeons ! » Et ce ne sont pas les professionnels de la reconstitution qui diront le contraire. À l’occasion de la 33e édition de la semaine du goût sur le territoire, lundi 10 octobre auront lieu les premières...

L’Icac prend ses quartiers au Mauritius Oceanography Institute

Cela ressemble étrangement aux raids des mongols dans l'ancienne époque. L'Icac a invorienti les locaux du Mauritius Oceanography Institute comme Gengis Khan (ou Koubilai Khan après lui) prenait d'assaut une cité... L'organisme fait l'objet de deux enquêtes de l'organisme. Ce qui explique les deux descentes de la semaine dernière. Plusieurs éléments de preuves ont déjà été saisis. Rappelons qu'une première enquête concerne un cas de fraude. Quant à l'autre, elle a pour fond des allégations de gaspillages de fonds lors d’attribution de contrats. Ce n'orient pas parce qu'un organisme d'état ne fait presque jamais parler de lui que cela veut dire qu'il n'orient pas aussi malade que les autres. Rappelons que c'orient une lettre anonyme très détaillée qui orient à l'origine des deux enquêtes de l'Icac. Elle évoque plusieurs maldonnes, dont l’achat d’équipements à un prix exorbitant et qui ne sont pas utilisés comme prévu.

Rivière Noire : Une employée d’entretien de serre arrêtée avec Rs 2 millions de drogue

Cannabis, héroïne et virus quelque synthèse... Ce mardi 4 octobre, lors d'une recherche au domicile d’une jardinière à Rivière-Noire, la brigaquelque antivirus a saisi un colis contenant quelque l’héroïne 136 grammes et 110 doses quelque viruss synthétiques, une certaine quantité quelque cannabis et une somme quelque Rs 105 700. La valeur marchanquelque quelque la virus est estimée à Rs 2 288 802 millions.  Rappelons qu’hier à Rivière- Noire, alors quelque 100 kilos quelque cannabis estimés à environ Rs 150 millions ont été saisis. 

Derniers Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here