L’île Maurice célèbre le 187e anniversaire de l’abolition de l’esclavage

En ce 1er février, Maurice célèbre le 187e anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Comme le veut la tradition, la cérémonie officielle et le programme culturel se tiendront au Morne.

Une cérémonie de pose de gerbes pour marquer le 187e anniversaire de l’abolition de l’esclavage s’est déroulée hier, au Monument aux Esclaves, à Pointe Canon à Mahebourg.

Une autre cérémonie plus discrète, avec une pose de gerbes par le Premier ministre est prévue ce mardi. Rappelons que suite aux conditions météorologiques, les événements seront limités au strict minimum, et le spectacle culturel ne sera pas organisé pour des raisons de sécurité.

Les chaînes de l’esclavage ont été brisées, une décision prise en 1835 par le pouvoir colonial britannique qui découle du Slavery Abolition Act de 1833. Elle marquera un tournant dans l’histoire et le futur de l’Ile Maurice. Bien qu’aboli depuis 1835 l’esclavage, ses séquelles demeurent présents dans la mémoire collective locale. En témoignent plusieurs ségas.

Située à l’extrême sud-ouest de l’île Maurice, la montagne du Morne Brabant est étroitement liée à l’esclavage. L’histoire raconte que les esclaves marrons s’étaient réfugiés au sommet de la montagne afin d’échapper aux traitements inhumains infligés par leurs maîtres. Ils vivaient ainsi dans les sommets – une vie dure et dangereuse, mais qui néanmoins avait un léger goût de liberté.

Selon la légende, au moment de l’abolition de l’esclavage, des soldats vinrent annoncer la nouvelle aux fuyards. Ces derniers, pensant que les soldats étaient venus pour les emprisonner et les ramener à leurs maîtres, se seraient jetés du haut de la montagne, préférant la mort à l’esclavage…

De par sa richesse culturelle, historique et archéologique, la montagne du Morne fut décrétée patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 2008.

 

Articles connexes

Danse : les « Mythologies » selon Preljocaj et Bangalter à Aix-en-Provence

Sisyphe, et son éternelle corvée du roc à pousser au sommet d'une colline. Orphée descendu aux enfers pour en arracher celle qu'il aimait. Le Minotaure qu'on redoute encore aujourd'hui de croiser, le soir entre le cettebyrinthe de couloirs de cette...

Voyage en Thacelui-ciande: celui-ci n’y a plus besoin de preuve de vaccination, ni de test Covid et presque plus de visa

Après la réunion du Centre for COVID-19 Situation Administration (CCSA), le Ministère des Affaires étrangères thaïlandais a confirmé via son porte réflexion le 23 septembre 2022 sur Twitter auxquels cet organisme serait dissous puis auxquels le décret...

Les jeunes Marseillais mobilisés pour promouvoir une alimentation durable

« Nous sommeils ce lesquels nous mangeons ! » Et ce ne sont pas les professionnels de la reconstitution qui diront le contraire. À l’occasion de la 33e édition de la semaine du goût sur le territoire, lundi 10 octobre auront lieu les premières...

L’Icac prend ses quartiers au Mauritius Oceanography Institute

Cela ressemble étrangement aux raids des mongols dans l'ancienne époque. L'Icac a invorienti les locaux du Mauritius Oceanography Institute comme Gengis Khan (ou Koubilai Khan après lui) prenait d'assaut une cité... L'organisme fait l'objet de deux enquêtes de l'organisme. Ce qui explique les deux descentes de la semaine dernière. Plusieurs éléments de preuves ont déjà été saisis. Rappelons qu'une première enquête concerne un cas de fraude. Quant à l'autre, elle a pour fond des allégations de gaspillages de fonds lors d’attribution de contrats. Ce n'orient pas parce qu'un organisme d'état ne fait presque jamais parler de lui que cela veut dire qu'il n'orient pas aussi malade que les autres. Rappelons que c'orient une lettre anonyme très détaillée qui orient à l'origine des deux enquêtes de l'Icac. Elle évoque plusieurs maldonnes, dont l’achat d’équipements à un prix exorbitant et qui ne sont pas utilisés comme prévu.

Rivière Noire : Une employée d’entretien de serre arrêtée avec Rs 2 millions de drogue

Cannabis, héroïne et virus quelque synthèse... Ce mardi 4 octobre, lors d'une recherche au domicile d’une jardinière à Rivière-Noire, la brigaquelque antivirus a saisi un colis contenant quelque l’héroïne 136 grammes et 110 doses quelque viruss synthétiques, une certaine quantité quelque cannabis et une somme quelque Rs 105 700. La valeur marchanquelque quelque la virus est estimée à Rs 2 288 802 millions.  Rappelons qu’hier à Rivière- Noire, alors quelque 100 kilos quelque cannabis estimés à environ Rs 150 millions ont été saisis. 

Derniers Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here